AdresseTéléphone
Banniere_2021_C
connexion

Cession de la 231G558 et de son tender au PVC


Transfert de propriété de la locomotive 231G558 et de son tender 22C367
 
Le GADT est né à la suite du regroupement, en octobre 2009, de toutes les sections de notre Amicale. Par voie de conséquence, le GADT est devenu propriétaire de la Pacific 231G558 et de son tender 22C367, qui sont classés, depuis le 8 juin 1984, monument historique. La 231 G 558 a été construite à Nantes en 1922. Elle pèse, avec son tender, 164 tonnes et sa vitesse limite à l’époque était de 130 km/h.
Cette locomotive à vapeur, une des deux dernières Pacific en état de fonctionnement en France, est confiée pour son entretien et son exploitation au Pacific Vapeur Club (PVC) de Sotteville les Rouen.
La dernière convention entre le PVC et le GADT, qui définit les modalités d’exploitation et d’utilisation de la machine à vapeur, a été signée le 17 septembre 2013 par les deux Présidents. 
Pour mémoire, tous les membres du P.V.C sont bénévoles et il convient de saluer le temps consacré auprès de la Princesse.
Il y a quelques temps, l’avarie d’une boîte d’essieu moteur a nécessité une réparation très lourde, représentant un important travail de spécialistes passionnés, encadrés et soutenus par le Président du PVC.
A partir de 2021, il est procédé à une opération lourde de révision de la chaudière.
Le PVC gère et entretient avec brio cette Pacific.
Il convient donc de prendre en considération l’important investissement assumé par le PVC tout en prenant en compte de la diminution rapide du nombre d’Amicalistes du GADT.
 
La question, telle qu’elle se pose régulièrement depuis plusieurs années, est de savoir si le GADT peut raisonnablement garder la propriété de ce patrimoine ferroviaire.
Compte tenu du retour d’expérience quant à l’excellence de la qualité de l’entretien et des moyens techniques, financiers et humains très importants mis en œuvre,  la démarche de reconnaissance et de confiance la plus judicieuse serait que la propriété de cette locomotive puisse être transférée au PVC.
 
Lors de l’Assemblée Générale du PVC le 01 février 2020, à laquelle assistait une délégation du GADT, cette orientation envisagée, quant au devenir de la 231 G 558 a été abordée et bien accueillie.
Le Conseil d’Administration, qui a travaillé sur cette question avec une large consultation, a établi un projet précisant les modalités de cette opération, lequel a été approuvé à l’unanimité.
La rédaction de l’Acte de transfert de propriété, à partir de ce projet, a été confiée à un homme de loi.
001








Lors de l’Assemblée Générale du 29 octobre 2020, les adhérents du GADT ont voté très majoritairement la cession de la locomotive 231 G 558 et de son tender 22 C 367 au PVC.
Lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 22 janvier 2021 du GADT organisée à cet effet, le texte de l’Acte de cession à l’Euro symbolique, de cette locomotive et de son tender au PVC, a été approuvé également très majoritairement.
Lors de l’Assemblée Générale du GADT du 1er octobre 2021 à Nîmes, après les discours du Président du GADT et du Président du PVC, il a été procédé à la signature officielle de l’Acte de cession.
 
Eu égard au classement parmi les monuments historiques de cette locomotive, un courrier recommandé avec accusé de réception, signé par le Président du GADT et le Président du PVC, a été adressé à la Conservatrice de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Normandie le 25 octobre 2021.

Longue vie à la « Princesse ».
Signature le 1er octobre 2021, de l'Acte de cession par le Président du Gadt et le Président du PVC

Présentation de la Pacific le 19 septembre 2014

Le vendredi 19 septembre 2014, la locomotive 231 G 558 et son tendeur 22 C 367 sont à l’honneur.
A la suite d'une avarie de boîte chaude en septembre 2009, la locomotive était immobilisée pour réparations, remise en état et grande révision. Les travaux sont enfin (ou presque) arrivés à leur terme
Certes, reste encore à réaliser quelques réglages, mais aujourd'hui, il convient de féliciter le PVC et tous ses membres qui ont effectué un travail remarquable.
La machine est rutilante, comme neuve et elle roule
Les personnalités présentes pour la présentation, Madame le député Maire de Sotteville, les représentants de la Fondation du patrimoine, les représentants de la région Haute-Normandie, le Club des Mécènes du patrimoine de la Haute-Normandie, enfin les représentants du GADT, propriétaire de la Pacific, peuvent en témoigner.

PVC et GADT - Rencontre historique à Sotteville le 17 septembre 2013


P1010632
P1010650
P1010624
P1010927
La Pacific 231G558 a quitté le service actif le 29 septembre 1968 à Nantes après un dernier Le Croisic Nantes. Utilisée ensuite sur le port de Dieppe pour réchauffer le fuel des bateaux Sealink SNCF et BR de la liaison Dieppe Newhaven. Toussaint HOUGET, en poste de dirigeant à l’annexe Traction de Dieppe a mis de côté, sous abri, cette magnifique machine dans un état exceptionnel de conservation.

En 1974, Raymond GILLOT, CTRAP à Sotteville parvient à rapatrier cette machine au dépôt de Sotteville où
elle obtint une place sous l’atelier à l’emplacement laissé libre par l’extinction de la traction vapeur dans cet établissement avec, cerise sur le gâteau, un dispositif permettant le démontage en fosse des essieux. Mais, n’anticipons pas…
1
Le 4 novembre 1977, après de longues négociations, un protocole d’accord est signé entre la SNCF (M. André BLANC, Directeur de la Région de Rouen et Tactionnaire dans l’âme) et Jacques HEMERY, (CTRAP de Nantes et Président de l’Amicale des CTRA de l’Ouest) pour 1 Franc symbolique.
Durant 4 ou 5 ans, la machine est restée « au chaud », sous l’atelier avec quelques sorties à.l’occasion d’expos comme en septembre 1982 à l’occasion  du baptême d’une rame TVGSE sur le port de Rouen-Madeleine qui fit l’objet d’une exposition de matériels dont une CC72000 et notre fameuse Pacific.
Sans doute en serait-on resté là sans l’initiative de quelques cheminots du dépôt de Sotteville et d’autres services rouennais, menés par Henri WILLIAUME qui eurent l’idée de remettre cette machine en service et, soyons fous, de la remettre en tête de trains spéciaux.  C’est ainsi que, petit à petit, l’idée prit forme et début 1983 naissait le Pacific Vapeur Club avec Henri comme premier Président.
2

Dans le même temps, une réflexion était menée au sein de l’Amicale des CTRA Ouest où les avis étaient très partagés entre les farouches opposants (50% des adhérents environ), les convaincus du bien fondé de l’opération (30%) et les 20% habituels des ni oui ni non.
Le 8 juin 1984, après de longues et fastidieuses démarches, la machine 231G558 et son tender 22C367 sont classés Monument Historique au titre du mobilier.
 Le 24 octobre 1984, les travaux de remise en service commencent réellement et enfin, le 31 mars 1985, c’est dans ce contexte qu’Henri WILLIAUME (Président du PVC) et Jean-Paul ANGAUT (Président de l’Amicale des CTRA Ouest) ont signé le premier protocole d’accord donnant naissance effective au PVC en officialisant sa démarche de remise en service, mais en conservant la propriété de la machine à l’Amicale ; seule condition pour venir à bout des dernières réticences au sein de l’Amicale Ouest.

8000 heures de travail plus tard, le 4 juin 1986, la première mise en feu est effectuée et trois marches d’essai sont alors effectuées victorieusement.
 
La consécration sera atteinte le 29 juin 1986 en réalisant un mémorable train inaugural. L’aller est effectué de Sotteville à Paris St Lazare via le Raccordement de Serquigny, avec arrêt obligatoire aux « Trois Sapins », lieu mythique marquant le sommet d’une forte rampe entre Elbeuf St Aubin et Glos Montfort (PK31) et à l’origine d’une chanson que les tractionnaires de l’Amicale reprenaient à chacune de leurs réunions.

Ce train fut assuré par M. André BLANC « au manche », accompagné par Daniel LUCAS, CTRAP de Sotteville. Un repas fut servi à Beaumont le Roger.
Après tournage de la machine et son tender au triangle des Batignolles, le train de retour est effectué via Vernon accompagné par Jean-Paul ANGAUT, CTRA de Sotteville et président de l’Amicale Ouest
3

Le 14 septembre 1986, le PVC assure son premier train « commercial » Paris St Lazare Dieppe Maritime affrété par Vigneux Rail.
 
Ce sera le début d’une longue et fructueuse série qui, avec des hauts et quelques bas, nous amènent jusqu’aujourd’hui où la machine, après un arrêt de quatre ans pour graves avaries, s’apprête à renaître et renouer avec les trains spéciaux.

Le GADT a donc hérité, par voie de conséquence, de la propriété de la Pacific et son tender. C’est dans cet esprit que son Président, Patrick BOUTON, s’est efforcé de renouer des liens plus étroits avec le PVC ; démarche qui se concrétise aujourd’hui par la signature du premier véritable accord PVC – GADT. La patience et l‘obstination de Patrick ont eu raison des dernières réticences. Un grand merci à notre Président pour ce résultat de quatre années de diplomatie et de persuasion.
6
5
Allocution des Présidents et signature du Protocole d’accord.

Pour prendre connaissance de la nouvelle convention, cliquer ici.
 

Pacific 231 G 558 : Un patrimoine historique


Aujourd’hui qu’en est il de la machine ?

La machine est confiée pour son maintien en état et son exploitation au Pacific Vapeur Club de Sotteville les Rouen. Le PVC en assume seul la charge d’entretien ainsi que la recherche des financements nécessaires ; en contre partie le PVC l’utilise pour tracter sa rame historique dans des conditions définies entre le PVC et le GADT.
Une convention établie et signée entre les Présidents du GADT et du PVC définit les modalités d’exploitation et d’utilisation de la machine à vapeur.
La machine est stationnée aux ateliers de Budicom (siège du PVC) derrière  l’Etablissement Traction de Sotteville les Rouen.
Frédéric Polbos, CTT en activité, membre du GADT et du PVC a pour mission de suivre la machine et de rendre compte au Conseil d’Administration des aspects techniques et de l’évolution en exploitation de la machine. Il est aidé dans sa tâche par l’expérience des anciens CTRA Ouest : Jean Paul Angaut et Marcel Lebret.

IMG_0892

Les accords qui sont à l'origine de la sauvegarde de la Pacific

Retrouvez :
  • le protocole d'accord signé en 1977, entre la SNCF et l'Amicale des Chefs de Traction de la SNCF – Région OUEST, qui définit les conditions de cession de la locomotive à l'Amicale Cliquez ici
  • le protocole d'accord signé en 1985, entre l'Amicale des Chefs de Traction de la SNCF – Région OUEST et le Pacific Vapeur Club, qui définit les conditions de remise en état, d'utilisation et de circulation de la locomotive 231 G 558 et de son tender 22 C 367, ainsi que les obligations réciproques de l'Amicale et du PVC.Cliquez ici
Pourquoi une machine à vapeur au sein du GADT ?

Le GADT est propriétaire de la locomotive à vapeur PACIFIC 231 G 558 et de son tender. C’est un héritage précieux que l'on doit aux EX CTRA Ouest qui sont à l’origine de sa sauvegarde et de sa conservation.
Lors de la fusion de tous les Secteurs en l’Amicale Nationale, telle que nous la connaissons aujourd’hui, ce patrimoine s’est transmis tout comme les comptes bancaires des Secteurs fusionnés. La machine devenait alors propriété du GADT.

A chaque réunion du Conseil d’Administration, un point est fait sur la machine au même titre que les autres bilans de l’Amicale  et nous y portons toute notre bienveillante attention.
Le Président du GADT et le Président du P.V.C M Rapineau échangent régulièrement sur les divers dossiers concernant cette locomotive.

N’oublions pas que tous les membres du P.V.C sont bénévoles et il convient de saluer le courage et le temps consacré auprès de la Princesse.